Une promenade dans les grandes artères et ruelles de Parakou faisait voir la problématique des sachets plastiques dans toute son étendue. Des sachets partout : sur la chaussée, les trottoirs, dans les caniveaux et même sur les arbres. Comment envisager l’avenir de la Cité des Koburu en accoutumant les enfants à une telle pollution et en léguant à coup sûr des affections graves aux générations futures ? D’où l’impérieuse nécessité d’associer les jeunes à la bataille contre ce fléau.

C’est ce qui a motivé le déplacement d’ACT’ECO à l’Université de Parakou en février 2016 afin de permettre aux étudiants et enseignants, notamment ceux de Géographie, d’appréhender tous les méfaits des sachets plastiques. Au cours de la sensibilisation, l’accent a été mis sur la pollution de l’air, des sols et des océans.

Le débat qui a suivi le diaporama a mis en évidence le vif intérêt de ces spécialistes de l’environnement et du climat qui ont rapidement saisi les enjeux et les menaces. Ils se sont approprié notre combat et ont même pris l’engagement de changer non seulement de comportement, mais aussi la physionomie de leur université et de leur ville en y réduisant sensiblement l’impact des sachets plastiques.

Qu’elle serait belle, la Cité des Koburu débarrassée de ses hideux oripeaux plastiques !

N.B. Aux dernières nouvelles, les sachets plastiques ont disparu à l’Université de Parakou. Vive l’UP!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :